• Kôan

    Kôan (déf) : proverbe, aphorisme, citation, etc à méditer

« Dans le péril, croît aussi ce qui sauve, »

Friedrich Hölderlin

« Déjà essayé. Déjà échoué. Peu importe. Essaye encore. Échoue encore. Échoue mieux. »

Samuel Beckett

“La chose la plus importante en communication, c’est d’entendre ce qui n’est pas dit.”

Peter Drucker

« La mer est un espace de rigueur et de liberté. »

Victor Hugo

« Le pessimiste se plaint du vent, l’optimiste espère qu’il va changer, le réaliste
ajuste ses voiles. »

Inconnu

« Le monde déteste le changement, c’est pourtant la seule chose qui lui a permis de progresser, »

Charles F. Kettering

« Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde. »

Gandhi

« On ne change pas les choses en s’opposant à ce qui existe déjà, mais en construisant un nouveau modèle qui rend l’ancien obsolète. »

R.B. Fuller

« Changer le monde commence par se changer soi-même. »

Roger Mondoloni

« Si vous voulez aller sur la mer, sans aucun risque de chavirer, alors, n’achetez pas un bateau: achetez une île ! »

Marcel Pagnol

« Ce qui nous empêche de changer, ce ne sont pas seulement nos doutes mais bien plus souvent nos certitudes. »

Sénèque

Donne moi le courage de changer les choses que je peux changer, la sérénité d’accepter celles que je ne peux pas changer, et la sagesse de distinguer entre les deux.

Marc-Aurèle

Si ton plan est pour un an, plante du riz; Si ton plan est pour 10 ans, plante des arbres; Si ton plan est pour 100 ans, éduque les enfants.

Confucius

Le plus grand danger, dans les moments de turbulence, ce n’est pas la turbulence; c’est d’agir avec la logique d’hier

Peter Drucker

La logique peut vous mener d’un point A à un point B. L’imagination peut vous mener partout.

Albert Einstein

 » De toutes les illusions, la plus périlleuse consiste à penser qu’il n’existe qu’une seule réalité »

Paul Watzlawick

“La meilleure façon de prédire l’avenir, c’est de le créer.”

Peter Drucker

“On obtient des résultats en exploitant des opportunités, non en résolvant des problèmes.”

Peter Drucker

La retraite, une opportunité de retraiter sa vie

Jeanick Pignol

Le management, c’est la science des Hommes. Il n’y a pas de modèles, pas de recettes miracles, mais que des témoignages.

Jean-François Zobrist

Si vous mettez des barrières autour des gens, vous obtenez des moutons. Accordez-leur l’espace dont ils ont besoin

William L. McKnight

Il est faux de croire que les gens sont contre le changement. Ils n’aiment pas qu’on les change, ce n’est pas du tout pareil

R. Teerlink

Plus vite nous rendons nos idées tangibles, plus tôt nous serons capable de les évaluer et au pire de les laisser tomber.

Tim Brown

Un prototype est un succès, non pas quand il marche sans problème, mais s’il nous apprend quelque chose de plus.

Tim Brown

L’unique chose qui puisse être pire que d’être aveugle est d’avoir la vue, mais pas de vision

Helen Keller

Vivez les questions maintenant ! Peut-être serez vous alors progressivement capable, sans même vous en apercevoir, de vous approcher doucement des réponses.

Rainer Maria Rilke

Rien n’est en soi bon ni mauvais, tout dépend de ce que l’on en pense

William Shakespeare

Choisir de vivre sa vie
« Livre Tibétain de la Vie et de la Mort » de Sogyal Rinpoché

Je descends la rue
Il y a un trou profond dans le trottoir ;
Je tombe dedans.
Je suis perdu … je suis désespéré
Ce n’est pas ma faute
Il me faut longtemps pour m’en sortir.

Je descends la même rue
Il y a un trou profond dans le trottoir ;
Je fais semblant de ne pas le voir.
Je tombe dedans à nouveau.
J’ai du mal à croire que je suis au même endroit
Mais ce n’est pas ma faute
Il me faut encore longtemps pour m’en sortir.

Je descends la même rue
Il y a un trou profond dans le trottoir ;
Je le vois bien.
J’y retombe quand même … c’est devenu une habitude
J’ai les yeux ouverts
Je sais où je suis
C’est bien ma faute
Je ressors immédiatement

Je descends la même rue
Il y a un trou profond dans le trottoir ;
Je le contourne

Je descends une autre rue …

Proverbe congolais
« La force du baobab est dans ses racines »

Extrait d’un conte africain, « L’arbre aux trésors », de Henri Gougaud
« Le cœur des hommes est semblable à celui de cet arbre prodigieux : empli de richesses et de bienfaits. Pourquoi s’ouvre-t-il si petitement quand il s’ouvre ?  »

Extrait du livre « Le petit prince », d’Antoine de Saint Exupéry
« Je fis remarquer au petit prince que les baobabs ne sont pas des arbustes, mais des arbres grands comme des églises et que, si même il emportait avec lui tout un troupeau d’éléphants, ce troupeau ne viendrait pas à bout d’un seul baobab »

Les gros cailloux

Auteur inconnu(canadien ?)

Un jour, un vieux professeur de l’École Nationale d’Administration Publique (ENAP) fut engagé pour donner une formation sur « La planification efficace de son temps » à un groupe d’une quinzaine de dirigeants de grosses compagnies nord-américaines. Ce cours constituait l’un des cinq ateliers de leur journée de formation. Le vieux prof n’avait donc qu’une heure pour passer sa matière.

Debout, devant ce groupe d’élite, qui était prêt à noter tout ce que l’expert allait enseigner, le vieux prof les regarda un par un, lentement, puis leur dit : « Nous allons réaliser une expérience ».

De dessous la table qui le séparait de ses élèves, le vieux prof sortit un immense pot Mason d’un gallon (pot de verre de plus de 4 litres) qu’il posa délicatement en face de lui. Ensuite, il sortit environ une douzaine de cailloux a peu près gros comme des balles de tennis et les plaça délicatement, un par un, dans le grand pot. Lorsque le pot fut rempli jusqu’au bord et qu’il fut impossible d’y ajouter un caillou de plus, il leva lentement les yeux vers ses élèves et leur demanda : « Est-ce que ce pot est plein ? »

Tous répondirent : « Oui ».

Il attendit quelques secondes et ajouta : « Vraiment ? »

Alors, il se pencha de nouveau et sortit de sous la table un récipient rempli de gravier. Avec minutie, il versa ce gravier sur les gros cailloux, puis brassa légèrement le pot. Les morceaux de gravier s’infiltrèrent entre les cailloux… jusqu’au fond du pot. Le vieux prof leva à nouveau les yeux vers son auditoire et redemanda : « Est-ce que ce pot est plein ? »

Cette fois, ses brillants élèves commençaient à comprendre son manège. L’un d’eux répondît : « Probablement pas ! ».

« Bien ! » répondit le vieux prof. Il se pencha de nouveau et cette fois, sortit de sous la table une chaudière de sable. Avec attention, il versa le sable dans le pot. Le sable alla remplir les espaces entre les gros cailloux et le gravier. Encore une fois, il demanda : « Est-ce que ce pot est plein ? »

Cette fois, sans hésiter et en chœur, les brillants élèves répondirent : « Non ! ».

« Bien! » répondît le vieux prof. Et comme s’y attendaient ses prestigieux élèves, il prit le pichet d’eau qui était sur la table et remplit le pot jusqu’à ras bord.

Le vieux prof leva alors les yeux vers son groupe et demanda : « Quelle grande vérité nous démontre cette expérience ? »

Pas fou, le plus audacieux des élèves, songeant au sujet de ce cours, répondît : « Cela démontre que même lorsque l’on croit que notre agenda est complètement rempli, si on le veut vraiment, on peut y ajouter plus de rendez-vous, plus de choses à faire ».

« Non » répondit le vieux prof. « Ce n’est pas cela. La grande vérité que nous démontre cette expérience est la suivante : si on ne met pas les gros cailloux en premier dans le pot, on ne pourra jamais les faire entrer tous ensuite ».

Il y eut un profond silence, chacun prenant conscience de l’évidence de ces propos. Le vieux prof leur dit alors :

« Quels sont les gros cailloux dans votre vie ? Votre santé ? Votre famille ? Vos ami(e)s ? Réaliser vos rêves ? Faire ce que vous aimez ? Apprendre ? Défendre une cause ? Vous relaxer ? Prendre le temps …? Ou … toute autre chose ? »

« Ce qu’il faut retenir, c’est l’importance de mettre ses GROS CAILLOUX en premier dans sa vie, sinon on risque de ne pas réussir…sa vie. Si on donne priorité aux peccadilles (le gravier, le sable), on remplira sa vie de peccadilles et on n’aura plus suffisamment de temps précieux à consacrer aux éléments importants de sa vie. Alors, n’oubliez pas de vous poser à vous-même la question : « Quels sont les GROS CAILLOUX dans ma vie? ». Ensuite, mettez-les en premier dans votre pot (vie). »

D’un geste amical de la main, le vieux professeur salua son auditoire et lentement quitta la salle.

Si vous avez des textes, des citations à me partager, sentez-vous à l’aise de mes les adresser. Et échangeons sur leurs significations.

Me contacter !